Rêve : Le livre de la Jungle

Dans cette période troublée, et suite à l'article précédent sur la crise sanitaire, nous nous sommes réunies trois interprètes afin d'interpréter les rêves que vous avions demandés, chacune de notre côté, sur le vaccin ARN.

Et nos trois rêves concordent. 

 

Notre question :

"Chers rêves, que pouvez-vous nous dire sur le vaccin ARN. Est-il conseillé ? 

 

Je vous livre donc le mien


Je vois d’abord Baloo et Mowgli qui chantent et dansent,
j’essaye de comprendre les paroles, n’y arrive pas, et puis ça devient :
« Il suffit d’un rien pour être heureux ».
Et alors je vois ShereKan le tigre qui a les yeux noirs et méchants de Castex
et je vois le haut d’une seringue avec la longue aiguille pointée vers le haut. 

Baloo et Mowgli dansent, Baloo projette Mowgli en l'air tout en le tenant
Image de Magnéto Magazine Flickr

Interprétation

Le livre de la jungle

C’est l’histoire de Mowgli, écrite par Rudyard Kipling. Ses parents sont morts dans un accident. Mowgli se retrouve tout jeune, abandonné tout seul dans la jungle. C'est Bagheera la panthère noire qui le trouve. Elle le confie à des loups qui l'élèvent comme leur petit. Puis il fait connaissance avec Baloo, un ours joyeux. Il rencontre aussi des prédateurs : des singes, Kaa le serpent et enfin Shere Kahn le tigre qui déteste les hommes et le feu, et compte bien se débarrasser de Mowgli.  
La conclusion est que si Mowgli veut échapper à Shere Kahn, il doit rejoindre un village pour vivre avec les hommes. En effet la jungle n’est pas un endroit sûr pour un petit d’homme. 

La jungle

C'est la forêt vierge, sauvage. Les animaux y sont sauvages et les plantes exotiques. Il n'y a pas d'ordre. Les végétaux poussent tout seuls et s'enchevêtrent. Rien n'est cultivé. Tout se trouve à l'état sauvage naturel brut. 

Il est dangereux de s'y aventurer seul sans avoir de quoi se défendre. On y risque sa vie. 

La jungle représente une nature sauvage non domestiquée, des instincts primaires très dangereux devant lesquels il s'agit d'être armé pour ne pas se laisser attaquer, bouffer, engloutir, détruire. 
Il s'agit de se défendre contre de tels instincts, les maîtriser en soi quand on les rencontre. Dans la jungle, c'est la  loi du plus fort l'emporte, la loi de la survie, la loi de la jungle. 

 

Jungle, forêt vierge, avec de grands arbres verts et des lianes entremêlées
bere von awstburg de Pixabay

En relation à la question du vaccin ARN actuel, on peut dire que :

La jungle, c’est a jungle politique, la jungle des affaires, où les hommes sont comme des bêtes sauvages, en proie à leurs instincts primaires et primitifs. Ils se battent pour assoir leur pouvoir, leur suprématie. Ils se battent pour l'argent. Ils sont avides, comme s'il en allait de leur survie ! Ils n'ont plus rien d'humain et ne font pas de sentiment. C'est la foire, la foire d’empoigne, il n’y règne pas l’ordre. 

Et en ce moment, on est bien en train d’écrire le livre de la Jungle politique et financière. Chacun crie plus fort que l’autre pour se faire entendre, et avoir raison, au sujet du vaccin. Il s'agit de faire accepter le vaccin, en faisant taire ceux qui ne sont pas d’accord, mais qui ont de l’éthique, le sens des valeurs morales et humaine.

 

Dans la Jungle, il n’y a que des animaux, des bêtes féroces qui  s’entredéchirent et se dévorent, des prédateurs qui luttent pour leur survie en évinçant ceux qui se mettent en travers de leur route. 

 

Mowgli

il est jeune, joyeux, innocent, enfant, insouciant, naturel, spontané, curieux, suis le mouvement, confiant, heureux de vivre, se fait facilement des amis, il ne s’arrête pas aux traumatismes du passé, il n'est pas victime de la vie
C’est notre nature humaine et divine, le petit dynamisme vivant en nous qui aime aller de l’avant, ne s’arrête pas aux souffrances du passé. Pour lui, la vie continue avec toutes ses trouvailles, ses inventions, sa nouveauté.

Et il pourrait être tenté par ce vaccin si on lui dit qu'il est bénéfique ! 

 

Petite fille qui rit entre deux arbres en pleine nature
Photo d'Olcay ertem de Pixabay

Il y a en nous un côté aussi fragile et innocent qu'un enfant, qui a besoin de grandir et d'être éduqué. 

 

En effet, le seul moyen d’échapper à Shere Khan, est d'apprendre à se défendre contre les prédateurs. Il s'agit de devenir un homme. C'est à dire apprendre la loi humaine, qui dit que l'homme est sur terre pour réaliser son incarnation. Et cela passe par se réaliser à travers une oeuvre, ou y tendre.


Et apprendre aussi à se servir du feu.  C'est à dire entretenir l'énergie spirituelle en nous, le feu intérieur de la passion qui rend créateur. 

 

S’il reste dans la jungle, sans éducation humaine au niveau de ses instincts, il va devenir la proie du prédateur Shere Khan, il va se faire bouffer et disparaître. Car en restant proche d'un instinct primaire, il ne va pas cultiver ses muscles intérieurs pour avoir la patience d'aller au bout d'une oeuvre. Il sera incapable de se défendre contre l'adversité. 

 

Baghéra

Dans le livre de la jungle, il y a Bagheera la panthère noire qui l’a trouvé et lui a trouvé une famille de loups. Il a donc reçu une première éducation qui l’a rendu adapté à la jungle. Elle le protège comme elle peut : avec sa couleur noire, on peut penser au lien avec l’inconscient qui veille sur nous, sur notre enfant intérieur, le préserve des dangers représentés par les instincts prédateurs. Bagheera, c’est celle qui se bagarre !
 

tête de panthère noire derrière une sorte de grillage flou et plutôt blanc
Photo de Eellfica de Pixabay

Mais là, dans la scène qu’on me montre, Bagheera est absente. Elle ne veille pas sur Mowgli qui est seul avec Baloo : les gens confiants ont perdu leur lien avec l’inconscient, ils n’écoutent plus leurs rêves, ils sont en danger de croire n’importe quoi, pourvu que ce soit bien emballé. Ils ne se bagarrent plus. 

Baloo

C’est un grand ours cool, qui aime bien être tranquille, qu’on lui fiche la paix, il hiberne l’hiver, se nourrit de miel, de douceurs, alors qu’il est en même temps grand, costaud, a des griffes puissantes qu’il sort parfois pour se défendre, et attaquer : il ne fait pas bon attaquer un ours, qui alors se dresse sur ses pattes arrières à la façon d’un homme et grogne. Un ours peut tuer s’il se sent agresser, il peut charger et écraser quelqu’un.

Bond 111 Pixabay
Bond 111 Pixabay

Il représente un dynamisme capable de se défendre, mais qui préfère passer du bon temps, prendre la vie du bon côté. Et là, c’est ce qu’il apprend à Mowgli, à l’enfant intérieur : t’en fais pas petit, tout baigne, fait comme moi : Baloo est ballot, il se conduit comme un bisounours ! Il est comme tous ceux qui ne jurent que par le positif et la bienveillance, en oubliant de garder une Bagheera à côté d'eux. Car oui, le mal existe. Refuser de le reconnaître ne le fera pas disparaître.  


La seule façon que Baloo a de protéger Mowgli, c'est de lui dire qu'il n'a besoin de rien. On dirait que Baloo est inconscient qu'il y a des prédateurs dans la jungle. 


Et ce qu’on voit dans la suite du film, c'est que l'ours est incapable de défendre Mowgli lorsque celui-ci se fait enlever par les grands singes. Il se fait même blesser par ceux-ci.

Il devient un bisou-nounours

Un petit garçon assis par terre, face à son nounours en peluche
Cheryl Holt Pixabay

Shere kahn les observe

Shere Kahn est un tigre, un prédateur féroce aux dents puissantes et acérées qui ne fait pas de sentiment. Il déteste les hommes qui l’on chassé et blessé, et il veut se venger sur Mowgli, le petit d’homme. Il craint le feu, l’énergie spirituelle divine. Et il déteste l'homme, qu'il craint, car il sait bien que l'homme a les moyens de se débarrasser de lui, en le chassant. Il est sans pitié. 

Dans le nom Shere Kahn, on peut entendre : serre can : ses griffes sont comme des serres avec lesquelles il peut serrer sa proie bien fort. 

Tigre prêt à bondir, qui montre les crocs, en gros plan dans un paysage de campagne
Photo de Gerhard G. de Pixabay

Shere Kahn a les yeux, le regard de Castex

Castex est l'homme qui énonce les consignes liberticides du gouvernement qui sont en train de tuer l’humanité en l’homme. Je ne le connais pas personnellement.

Mais la veille du rêve, question de me mettre dans le bain de la question d'incubation sur le vaccin, j'ai regardé CNews, ce que je ne fais jamais.

Et là, j'ai vu les yeux, le regard de Castex sous ses lunettes. Et j'ai été effrayée. J'ai trouvé son regard noir, méchant, comme empreint d'une inquiétude très forte et transpirante. A ce moment-là, je l'ai trouvé diabolique. Il nous annonçait le couvre-feu généralisé à 18 h ! Je relate là les émotions que j'ai ressenti. C'était si fort que j'avais du mal à soutenir ce regard. Alors que d'habitude, il ne me fait ni chaud ni froid. 
Lui et Shere Kahns froncent tous deux les sourcils.


En effet, ce qui cherche à tuer l’humain, notre part d’étincelle divine en l’homme, c’est bien le démon. Et toutes les consignes liberticides sont bien là pour tuer l’humanité en l’homme. Jusqu’à l’apéro coupable de convivialité. Alors le vaccin : et bien, dernière mesure liberticide qui peut nous occire. Sans pitié !

Edoardo Baraldi Flickr
Edoardo Baraldi Flickr

La seringue

Je ne vois que le haut d’une seringue, mais dans cette question sur le vaccin, on voit bien que le vaccin est entre les mains d’un dangereux prédateur décidé à supprimer l’humanité.
Cet instinct prédateur en l'homme, c'est l’égo qui veut prendre la place du divin à l’intérieur de l'homme. 

Mais à l’extérieur, il s'agit d'humains, mus par leurs démons intérieurs, en quête de pouvoir. 

 

Heureusement, c’est le feu qui va détruire Shere Khan, le feu qu’il redoute. Le feu intérieur de la passion, de l’alchimie divine. Le feu sacré.  Il va l’avoir au cul ! Le divin va détruire son fondement, ses bases : il n’aura plus rien sur quoi asseoir son pouvoir !

On voit la seringue en position verticale : c’est la position dans laquelle on se trouve lorsqu’on est sur le point de piquer : on dresse la seringue en l’air et on chasse les petites bulles d’air qui se trouvent à l’intérieur de la seringue, avant de la tourner dans l’autre sens pour piquer.
La vaccination de masse est sur le point de commencer.

C’est dans cette position de l’aiguille qu’on chasse les petites bulles d’air. L'air, c'est l'esprit, la conscience. C'est l'esprit critique que l'on chasse. On fait taire les consciences.  Après l'avoir critiqué, les gens commencent à ne plus critiquer ce vaccin et à l'accepter. C'est diabolique. Et dangereux, puisqu’il est dans  les mains d’une poignée qui a décidé d’éradiquer l’humanité qui lui fait de l’ombre, sans pitié.

 

Cette longue aiguille devient comme un signal de ralliement à la cause, comme une « hostie » élevée vers le ciel comme pour dire : suivez-moi, je vais vous sauver, j’en ai les moyens, j’ai l’aiguille longue ! Une façon de se prendre pour des dieux. 


L’aiguille longue montre aussi que ça risque de durer longtemps.
Et que si l'on n'est pas armé intérieurement, on peut se laisser convaincre à la longue par l’usure. Il est en effet question d'un passeport vert réservés aux seuls vaccinés de la terre pour le bien du monde.

Alors que ce vaccin ne protège de rien du tout puisqu’il faudra toujours porter un masque et respecter une distance ! 

En plus, un rêve a montré à une autre interprète que ces vaccins allaient développer des maladies chez ceux qui le reçoivent : cancers, sida, mais pas tout de suite, beaucoup plus tard. 

 

Et là, le prédateur est en train de s’attaquer aux enfants. Il est question que les petits soient testés à l’école. Avec le test dans le nez, désagréable, parfois douloureux. Et qui au fond du nez va parfois trop loin, jusqu'à atteindre la paroi fine du cerveau.
Déjà Ils sont muselés...

Petite fille bien brune avec des tresses couettes, et un masque fleuri
Marcos Cola de Pixabay

Conclusion

C’est une mise en garde grave sur le fait de vivre dans le monde des bisounours. On peut croire que tout va bien, que tout est sous contrôle. Et on cultive la gaîté, parce qu’on  ne croit pas qu’il existe des gens si méchants qu’ils mettent en œuvre un moyen de détruire l’humanité. Mais ça ne va pas protéger contre les noirs desseins du prédateur destructeur. La pensée positive ne marche pas.

Ce qui conviendrait de faire, c'est de réintroduire Bagheera, celle qui se bagarre pour protéger l'enfant innocent en nous. Et nous faire dire non à ce vaccin.
La panthère noire, cet instinct issu de l'inconscient, qui veille sur nous, et nous fait sortir les griffes lorsqu'il le faut. 

La majorité des rêves en ce moment montrent que l'homme a perdu son instinct guerrier et protecteur, et qu'il s'agit de le retrouver. 

Mieux vaut piquer une saine colère que de se faire piquer par ce vaccin !  

L'inconscient, ce sont les rêves. Or, qui se souvient de ses rêves à notre époque ? Qui prend la peine de les écrire ? Et surtout qui prend la peine de les comprendre ? 

 

Alors, si ce sujet t'intéresse, pourquoi ne poserais-tu pas, toi aussi, la question à tes rêves ? 

 

Là, le rêve s'arrête brusquement, comme pour nous demander : et  maintenant on fait quoi ?
A toi qui lis cet article, de répondre, d'avoir du répondant et de trouver ta façon créative et unique, ta signature

 

L'homme a perdu le lien avec son âme et avec ses rêves. Hélas ! . 
C'est l'âme que le diable  cherche à détruire. 

Le laisseras-tu faire ? Ou au contraire, te pencheras-tu enfin sur tes rêves pour trouver ta guidance intérieure ? 

 

Et ce rêve n'est-il pas la suite logique du rêve précédent

Si tu considères les deux ensemble, que conclues-tu ? 

Complément

Je ne savais trop comment interpréter le passage dans l'article précédent où il est dit que le fleuriste accepte de proposer ces fleurs qui puent, car autrement il ferait faillite.
Eh bien oui, le gouvernement est face à une dette immense qu'il ne sait comment rembourser. Des milliers de milliards : abyssal ! Et combien de pays sont dans ce cas ?

 
Alors commencer par vacciner les plus âgés, et bien, ne serait-ce pas un moyen de faire des économies sur les retraites ? J'ai mauvais esprit, mais bon, il n'y a pas de petite économies et puis après le grignotage se fera peu à peu. 
Bien qu'au niveau de la dette, il y ait urgence.

Alors instaurer une dictature de dératisation des humains ? 

Et pour ça avancer masqué et s'en laver les mains ! 

 

 

Commentaires

Pour l'instant, le système de commentaires du site n'intègre pas votre adresse email.

Pour voir si je vous ai répondu, il faudra revenir sur le site.

A moins de mettre votre adresse email dans votre commentaire ou votre nom, afin que je vous mette un petit mot quand je vous ai répondu. Merci. 

Écrire commentaire

Commentaires: 12
  • #1

    Marianne Schertenleib (jeudi, 21 janvier 2021 18:40)

    Bravo Aline et merci pour cette interprétation sur un sujet important !
    Je ne veux pas me faire vacciner, je n'ai donc pas posé la question à mes rêves, mais la réponse du rêve est franchement inquiétante !

  • #2

    Aline - Le Rêve Thérapeute (vendredi, 22 janvier 2021 09:31)

    Oui Marianne, surtout si on regarde ce rêve et le précédent ensemble : on découvre un monde qu'on n'imaginait pas. Un cauchemar dont il va falloir se réveiller.

  • #3

    marie37130@yahoo.fr (samedi, 23 janvier 2021 18:50)

    Bonsoir Aline,
    J'ai bien lu tes deux derniers messages et je t'en remercie. Je suis heureuse d'avoir ce contact avec toi, ce qui n'était pas arrivé depuis le stage à Paris avec Youmna Tarazi, il y a de cela 4 années déjà.
    Les interprétations décrites me donnent froid dans le dos, cependant je te rejoins sur l'inquiétude que nous pouvons concevoir dans la situation actuelle.
    Je note, depuis quelques années, les rêves dont je me souviens, cependant je n'ai pas encore demandé à mes rêves de me dire ce que je dois comprendre d'une situation. Pour le moment, j'interroge l'Oracle des Couleurs de Youmna qui me donne accès à d'autres points de vue.
    Merci pour ce partage et au plaisir d'échanger avec toi de nouveau.
    Marie Thérèse Ragot

  • #4

    Aline - Le Rêve Thérapeute (dimanche, 24 janvier 2021 12:22)

    Ah Marie-Thérèse, quel plaisir de te retrouver ! Je me souviens bien oui.
    Je te ferais un mail. Mais en attendant, je vais répondre à ton message, au sujet des cartes : oui, tirer une carte est très tentant, c'est facile, pas compliqué, et on a le sentiment d'avoir obtenu une réponse.
    Mais si tu compares cartes et rêves, que constates-tu ?
    Les cartes sont inertes là où les rêves sont vivants, font partie de notre être.
    Les cartes sont en nombre limité là où les scénarios de rêves sont illimités.
    Les cartes sont pour tout le monde, là où le rêve vient te répondre à toi personnellement. Il utilise des images qui vont te parler à toi.
    Aurais-tu reçu une réponse aussi complexe et détaillée en posant une question comme je l'ai fait et en tirant seulement une carte ou même plusieurs ?
    Bien sûr un rêve est plus difficile à interpréter, mais tellement plus instructif et nourrissant. Car il apporte en plus un bonheur intérieur.

  • #5

    Christiane Riedel (dimanche, 24 janvier 2021 18:47)

    Bravo Aline, ton rêve et ton interprétation sont très convaincants. J'espère que ton étude aidera d'autres personnes à au moins se poser des questions.

  • #6

    Aline - Le Rêve Thérapeute (dimanche, 24 janvier 2021 19:05)

    Merci Christiane. Je le souhaite aussi vivement. Oui, il s'agit de retrouver son esprit critique afin de ne pas être dupe.

  • #7

    Nathalie Delain (mercredi, 27 janvier 2021 04:43)

    Bonjour, merci pour cette interprétation très claire et lucide.
    Pour moi la jungle a 2 interprétations possible, la tienne bien sur mais aussi la jungle c'est la nature à l'état sauvage et naturel, qui fait peur au non initier, les peuples autoctones qui y vivent n'ont aucun problème avec ça, mais ils sont éveillés, conscient des dangers éventuels et utilisent leur feu intérieur. Si l'homme revient à ses instincts primales il peut survivre dans la jungle, en lien avec la nature sa nature profond, mais pour cela il doit lâcher se qu'il connaît ou croit connaître.
    Retour au naturel donc, l'on peut imaginer qu'en vivant en "marginaux" hors de la société, au naturel, ce serait une alternative aussi.
    C'est ma vision de la jungle �

  • #8

    Aline - Le Rêve Thérapeute (mercredi, 27 janvier 2021 11:57)

    Merci Nathalie de ton commentaire : oui, bien sûr que la jungle est l'état naturel et sauvage, et cela je le dis. Bon, je n'ai pas parlé explicitement des peuples autochtones, parce que ce n'est pas le sujet. Mais j'en parle quand je dis qu'il faut réveiller la Bagheera en nous, et aussi tous les aspects de Baloo, ne pas être qu'un gentil, mais savoir reconnaître le danger. Et là je parle plutôt de s'adapter à la jungle sociale. Le rêve utilise une métaphore. Car ce rêve parle des gens qui vivent dans la société, et il alerte sur le fait d'être incapable de voir le danger.
    Je ne sais pas s'il faudra aller vivre dans la forêt, hors de la société : certaines personnes le font, qui font ce choix oui et en ont les capacités.
    Mais ce rêve alerte surtout sur le danger de ne pas voir le danger de ce vaccin, et de tout ce qui tourne autour.
    En effet, si on prend ce rêve au premier degré, comment imaginer dans la nature, un tigre tenant un vaccin entre ses mains ?
    Le rêve répond à la question posée par une image à décrypter.
    Et la deuxième question : est-il à conseiller ? Et bien non, sûrement pas, il s'agit au contraire d'alerter, mettre en garde.

  • #9

    Alice Grownup (mercredi, 27 janvier 2021 20:41)

    Chère Aline, merci pour cet article et la question de la fin est bien, que-ce que "nous" faisons car seul, on ne peut rien faire. je cherche cette construction collective et, désormais, plus que jamais, je m'acharne à entrer dans la construction, une construction économique et humaine, qui ouvre ses portes à tous, sans exclusion. Je trouve, je découvre. Nos connaissances et nos actions économique est une réponse indispensable pour moi. Au Havre, ma ville, au Hangar Zéro, nous construisons. Et, sur cette grande toile qu'est internet, j'ai aussi trouvé une porte ouverte. Le marketing de réseau, un système économique viable pour tous ceux qui entrent. Si l'entreprise se base sur des valeurs qui nourrissent, émancipent. Les solutions, elles existent. Face à quoi et à qui ? Voilà une autre question intéressante. L'économie mondiale est une bulle de fausse monnaie prête à exploser. La "crise" du corona tombe juste au moment où l'autre explose. L'une cache l'autre. L'école ne livre aucune clé en terme d'éducation financière et nous en sommes pour nos frais. Le réveil va être terrible. Je veux participer à offrir des solutions pour se battre. Dernière question : quelles sont les armes ? J'arrête là, je pourrais écrire un roman :) Merci encore pour cet article magnifique

  • #10

    Aline - Le Rêve Thérapeute (mercredi, 17 février 2021 09:26)

    Merci Alice pour ton commentaire, et bravo pour les initiatives.
    Bien sûr qu'il y a des solutions, car la vie est ingénieuse et trouve des solutions : celles-ci sont le plus souvent inspirées de l'intérieur. Reste à se mettre à l'écoute de cette petite voix et mettre en application. C'est une démarche que beaucoup sente et mettent en application d'eux-mêmes.
    C'est pour ça que je parle des rêves, des vrais rêves de la nuit, qui eux ne sont pas compris et donc mis de côté le plus souvent. Alors qu'ils nous guident vraiment, nous donnent des consignes.
    Et là, c'est cesser d'être gentils et voir que tout le monde n'est pas gentil.
    C'est pour ça quand tu dis "sans exclusion", je resterai circonspecte.
    Face à quoi ou à qui : question intéressante oui. En relation avec la crise, les finances, cela ne fait aucun doute, mais peut-être encore un monde qu'on ignore.

  • #11

    brigitteperemans@yahoo.fr (jeudi, 22 avril 2021 14:13)

    MerciiiAline
    Ton interprétation est magistrale .Le livre de la jungle a toujours été mon dessin animé préféré. Et Mowgli mon héro.
    Le premier dessin animé que jai montre en boucle a mMatis mon fils .
    Oui bien sûr que nous allons à la catastrophe si nous acceptons ce vaccin
    Ce poison qui s'attaque à note Âme .
    Au début du confinement lorsque Macrin a martelé 6 ou 7 fois nous sommes en guerre , jai été vomir !
    Depuis je nai eu cesse d'écouter des médias dits complotiste dont Jacques crève-coeur qui ont confirmé ce dégoût que jai ressenti face au gouvernement a l'annonce du premier confinement et qui présageait de la suite que nous traversons maintenant depuis plus d'un an avec des mesures de plus en plus incohérentes et criminelle envers toute l'humanité.
    Jai ouvert une page Facebook pour tenter d'informer à ma manière ce qui était en train de se passer et j'ai malheureusement constate que très peu de gens adhéraient...
    Certains de mes amis m'ont taxé de rebelle de complotiste et tutti cuanti ...
    J'en ai vu dautres m'écouter un peu et puis m'annoncer qu'ils s'étaient fait vacciner !
    Chacun son libre arbitre
    Le problème cest qu'ils deviennent dangereux pour nous aussi qui tentons de garder notre âme....
    J'espère que suffisamment dames se réveilleront de leur illusions de leur profond sommeil et de leur pouvoir qu'ils ont cédé aux dirigeants de peur de perdre leur sécurité leur confort chèrement payé...
    Et oui comme Mowgli nous devons grandir , cesser d'être des enfants et rejoindre le pays des Hommes avec un grand
    " H " !
    Tout un programme
    Accrochons-nous, ça tangue et ça remue ...
    Seul l'amour et la sagesse nous donnerons le bon sens à retrouver et à prendre comme direction.
    Merci Aline .
    C'était très agréable de voyager dans la jungle avec toi �
    Bisous �❤�

  • #12

    Aline - Le Rêve Thérapeute (jeudi, 22 avril 2021 16:08)

    Merci Brigitte. Oui, tu as tout compris. Quand on est connecté à son être intérieur, une compréhension nous monte sans qu'on ait besoin de tant nous expliquer. Il en va de notre âme.
    Eh oui, ça fait mal au coeur, n'est-ce pas, de voir combien de gens se font happer, qui ne sont pas assez dans la sécurité intérieure, et qui n'ont pas envie d'écouter ou d'entendre ce qui se passe en réalité.
    Cela m'a stupéfaite aussi.
    Oui, rejoindre le pays des hommes avec un grand H.
    En espérant qu'il y en ait de plus en plus.
    Merci beaucoup pour ton commentaire.