Exemple d'un rêve interprété :

----------Le fromage bleu---------

une part de fromage bleu présenté sur un papier bleuté le tout sur une table en bois
Fromage bleu jamstraightuk de Pixabay

 

Voici le contexte : Claire, une jeune femme, ne comprend pas pourquoi Mme Chausson ne veut plus la voir. Elle sait seulement qu'elle lui a dit une parole qui ne lui a pas plu, mais pour Claire, c'est quand même incompréhensible. Et surtout Claire aimerait bien se réconcilier avec elle. Alors elle s'endort en se posant la question de savoir ce qui s'est passé et comment se réconcilier. 

 

Au matin, Claire s'entend prononcer au réveil :

"Cracher dans le fromage bleu"

 

Ca alors ! Une simple phrase, est-ce un rêve ? 

Claire a deux questions et le rêve lui répond par une phrase laconique ! Cracher dans le fromage bleu ! 

 

Il ne reste plus qu'à examiner si cette phrase répond aux questions de Claire. 
Donc considérer cette phrase comme un rêve. Eh oui, cette phrase sortie de nulle part ne vient pas du mental. Le mental ne la comprend pas. Si elle ne vient pas du mental, c'est qu'elle vient de notre part inconsciente. C'est à dire de notre inconscient, donc elle est bien à considérer comme un rêve. 

Interprétation du rêve

il s'agit de considérer la première question de Claire : aurait-elle craché dans le fromage bleu, ce qui a provoqué la rupture ?

 

Pour résoudre l'énigme, il s'agit de comprendre ce que représente un fromage bleu.
Le rêve s'adresse à Claire et à elle seule. C'est donc à Claire qu'il faut poser la question. En effet, on pourrait chercher dans un dictionnaire de rêves, mais bon, essayer de chercher le sens du fromage bleu dans un livre et vous m'en direz des nouvelles ! 

Non, cette image est trop particulière pour se trouver dans un dictionnaire. 

 

Il s'agit donc de mener l'enquête, de poser les bonne questions. 

Je pratique alors ce qu'on appelle la technique de l'interview, crée il y a environ 40 ans par l'américaine Gayle Delaney, docteur en psychologie clinique, et interprète de rêves. 

 

Cette technique de l'interview a été vulgarisée en France par Christiane Riedel, il y a une quarantaine d'années. 

 

Technique de l'interview

Aussi, je lui demande plutôt :

"Peux-tu me dire, Claire, ce que c’est pour toi que le fromage bleu ?"

- Beurk ! c'est un fromage que je déteste !

- Peux-tu me dire pourquoi tu le détestes et comment c’est, un fromage bleu.

- Dans ma famille, ils adorent le fromage bleu, il y en a à tous les repas, mais moi je déteste ça. Encore le blanc à l’extérieur est attirant, il semble crémeux et doux au goût, mais le bleu, beurk, le bleu c’est de la moisissure, plus on s’avance à l’intérieur du fromage et plus c’est bleu et amer. Je ne comprends pas qu’ils aiment ça.

- Bien, alors récapitulons : le fromage bleu est un aliment que tu détestes, il est attirant et doux à l’extérieur, mais moisi et amer à l’intérieur. C’est bien ça ?

- Oui.

repas de famille bourgeoise : intérieur bourgeois, nappe blanche, fleurs, soubrette, lustre...
Le charme discret de la bourgeoisie de Bunuel ! pour les non-dits !

1er sens du rêve

- A quoi te fais penser en relation avec ta question de comprendre ce qui s’est passé avec cette personne, un moyen que tu détestes, attirant et doux à l’extérieur, mais moisi et amer à l’intérieur ?

Claire cherche et soudain me dit :

-  Ah, ce sont les non-dits de la politesse !

 

La réponse semble pertinente, mais pour en être sûr, il s'agit de vérifier.

En effet, la question posée a provoqué l'intuition de Claire. Mais il s'agit toujours de vérifier ses intuitions. Je vais donc m'assurer que les non-dits correspondent à ce que Claire m'a dit du fromage bleu. 

 

 

Vérifications

-  Vérifions : les non-dits de la politesse, est-ce que ta famille adore ça ?

-  Oh oui, et c’est pénible. Les gens cherchent toujours à plaire.

-  Donc, tu détestes être dans le non-dit par politesse. Est-ce qu’à l’extérieur, c’est blanc, crémeux et doux au goût ?

-  Oui, d’un point de vue extérieur, quand pour faire plaisir, on ne dit pas ce que l’on pense, on parait blanc comme neige, doux comme un agneau et une vraie crème. Les non-dits sont blancs, neutres : ils ne sont en effet pas colorés par les émotions telles que le rouge de la colère, le jaune de la jalousie, ou le vert de la rage, ni même le rose de la tendresse.

 

-  Alors qu’à l’intérieur, c’est bleu marine, le bleu beurk, moisi et amer ?

 

- Oui, à l’intérieur, c’est le bleu marine des émotions qui marinent, qui donnent le blues, le bleu à l'âme, ça rend triste, ça fait flipper de ne pas dire ce que l’on pense, ça rend amer : l’amertume finit par envahir tout l’espace intérieur, créant de la rancœur, parce qu’on s’en veut de ne rien dire. C’est moisi : c’est l’humidité qui fait moisir : l’humidité des larmes que l’on retient, des émotions qui perturbent, et qui ne sont pas évacuées et ça, ça rend amer, une amertume qui envahit tout l'espace intérieur, et je déteste cette sensation.

 

Véritable sens du rêve

- Et avec cette personne, que t’évoque le fait d’être dans le non-dit ?

- Comme c’est une personne qui m’impressionne, avec laquelle je ne me sens pas très à l’aise, j’ai tendance à garder mes réflexions pour moi, ne rien dire, prendre sur moi de peur de blesser, et c’est vrai que ça me gonfle, et là, oui, j’ai craché dessus : j’ai soudain dit des choses qui dépassaient ma pensée, et je l’ai choquée. Oui, cracher est impoli, c’est vulgaire. Ce n’est pas digne d’une jeune fille bien élevée, c’est un manque d’éducation.

 

- Oui, et le rêve va même plus loin puisque il ne dit pas « sur », mais « dans » : il y a les deux sens du verbe cracher : il y a effectivement le sens de se révolter contre quelque chose, dédaigner, expectorer ce qui gêne mais aussi au sens premier : cracher, c’est mettre de la salive, c'est-à-dire parler. Donc parler en faisant fi de la politesse, et il y a effectivement un mouvement de révolte là-dedans, ce qui n’a pas dû échapper à cette personne, si bien qu’elle a eu un mouvement de recul par rapport à ce que tu lui as dit.

-  Oui, c’est ça, elle n’a pas accepté.

 

Complément d'interprétation

-  Mais tu as posé une autre question : tu as aussi demandé ce que tu devais faire maintenant.

Et bien le rêve te donne la réponse : c’est aussi : « Cracher dans le fromage bleu », mais cette fois écrit à l’infinitif : cracher.

On peut dire que tu as craché dans le fromage bleu et que maintenant, tu dois cracher dans le fromage bleu c'est-à-dire mettre ta salive dans les non-dits, c'est-à-dire parler, dire ce que tu penses : à bas les non-dits !

Comme ça tu ne choqueras plus les gens qui auront l’habitude de ton franc-parler au lieu de te sentir en fin de compte hypocrite et de choquer quand tu te mets soudain à parler vrai.

 

Conclusion

Claire est surprise par la profondeur d’une simple phrase prononcée au réveil.  Et rassurée de comprendre qu'elle est suivie de l'intérieur et aimée.

Et surtout que les rêves l'encouragent à s'exprimer de façon authentique. 

La voilà émerveillée, pleine de gratitude. Quelle libération ! 

 

L'avenir montrera que les rêves avaient raison, car depuis qu'elle a commencé à s'autoriser à dire ce qu'elle pense, elle s'est réconciliée avec Mme Chausson !

 

Deux femmes amies assises avec un petit chien blanc aux oreilles tombantes et collier
Domi Rolland Flick

 

De l'interprétation de ce rêve très court, nous pouvons tirer de nombreuses conclusions :-

 

Conclusions pour ce rêve et conclusions communes à tous les rêves

 

- Toute phrase entendue en rêve, au réveil, est un rêve dont il faut se souvenir et trouver le sens.

 

-  Il est important de noter le rêve tel qu’on l’a reçu.

 

-  Il n’y a pas de petit rêve : tous les rêves sont importants par leur sens.

-  Il n’y a pas de petits rêves : une simple image, un mot, un chiffre sont des rêves.

 

- Le rêve répond aux questions de la rêveuse : il répond dans une économie de moyens : une seule réponse pour deux questions sur le même sujet : il répond au pourquoi et au comment ensemble. Dans le cas de ce rêve, la réponse est très courte parce que l’oral n’a pas d’orthographe (craché et cracher).

 

- Le rêve est là pour nous aider.

 

- Il y a dans le rêve le problème et sa solution.

 

- Un rêve répond toujours aux questions, même si on a l’impression que non. Noter ce dont on se souvient avec la plus grande exactitude.

 

- Le rêve est en relation avec une situation précise, souvent de la veille, ce qui permet de mieux comprendre ce dont il s’agit. La situation vécue sert d’exemple au rêveur qui peut intégrer les leçons du rêve.

 

- Ce rêve répond à une situation précise, mais il va servir à la rêveuse pour sa vie en général : si elle applique ce que lui dit le rêve, sa vie en sera transformée.

 

 

- Les rêves nous nous amènent à être authentique, à vivre notre nature profonde, en dehors de nos croyances et nos à-priori, ils nous font faire un travail de vérité, de liberté et une réconciliation avec nous-même. 

 

- Le rêve sert de mode d’emploi, de GPS pour nos vies.

 

- Les rêves sont directs, ils vont droit au but.  

 

- Les rêves parlent par métaphore : c’est pourquoi ils ne doivent pas être pris au premier degrés, mais ont besoin d’être interprétés.

 

- Importance du dialogue avec le rêveur pour comprendre le rêve sans contresens.

 

- Importance de décrypter les images qui sont personnelles au rêveur et ne se trouvent dans aucun dictionnaire.

 

- Importance, pour voir apparaître un changement dans sa vie et un mieux- être, de mettre les conseils de son rêve en application.

 

- Les rêves nous connaissent bien, de façon intime : l’image du fromage bleu n’aurait pas convenu pour un adepte inconditionnel du bleu de Bresse.

 

- Le rêve a de l’humour.

 

- Les rêves sont une thérapie en eux-mêmes.

 

- Les rêves font travailler les deux cerveaux en même temps : le cerveau gauche rationnel quand l’interprète pose des questions logiques au rêveur, et le cerveau droit pour l’intuition de la réponse et pour la compréhension finale du rêve.

 

- Le rêve nous montre que nous avons besoin autant de la logique que de l'intuition pour vivre une vie satisfaisante et constructive. Autant du rationnel que de l'irrationnel ! 

Rêvintégraal, l'interprétation intégraale du rêve !

 

Je t'ai présenté ma façon d'interpréter les rêves. Je lui ai donné un nom :

l'Interprétation Intégraale de Rêves ! 

Car elle est : 


- intègre, c'est à dire honnête, basée sur la confiance réciproque entre rêveur et interprète. Au cours de l'interprétation, tu es sincère dans tes réponses, tu ne triches pas pour paraître meilleur que tu n'es.

Non, lorsque le rêve te met face à tes contradictions par exemple, tu ne nies pas.  Tu n'essayes pas de transformer la réalité selon ses désirs, mais accueille la vision du rêve, même si celle-ci écornifle l'image qu'il a de toi-même. Cela peut être intense, mais toujours supportable. 

 

De la même façon, en temps qu'interprète je ne serais pas gentille pour te faire plaisir ou pour te rendre dépendante d'interprétations flatteuses.

Non, j'interprète le rêve tel qu'il est, sans enjoliver la réalité, sans chercher à édulcorer la vision du rêve pour préserver ta sensibilité.

Ce qui ne m'empêchera pas de faire preuve de tact, mais je ne t'éviterai le contact avec la rude réalité. 

 

- intégrale : tous les éléments du rêve sont interprétés et intégrés en intégralité dans l'interprétation. Dans le rêve, tous les détails comptent et sont à interpréter. 

 
- elle intègre le graal, c'est à dire que je reconnais la présence du divin dans les rêves. 
C'est à dire que tout ce qui surgit à la conscience qui n'est pas le fruit d'une pensée logique, rationnelle, est un message à décrypter, inspiré du monde intérieur et spirituel.